Rester positive après un diagnostic de …


None

Rester positive après un diagnostic de cancer de l'endomètre

19 février 2017 | par Larissa Cahute

Le cancer a dérobé Terrilynn Ho de bien des choses – y compris de son rêve de devenir une mère.

 « Toute ma vie, j'ai voulu être un parent et maintenant je ne peux pas avoir d'enfant biologique », dit la femme de 40 ans, de son domicile de Toronto. « C'est une partie importante de la vie d'une femme, je m'y identifiais et j'ai toujours eu l'espoir de fonder une famille. »

Bien que son combat contre le cancer de l'endomètre dure depuis une longue année, la dernière séance de chimiothérapie approche et Terrilynn a su garder un esprit positif inspirant. 

« Généralement, je suis plutôt positive par rapport à ma situation. J'ai des moments de tristesse, mais pas à longueur de journée », dit-elle.

Elle a mis du temps avant d'en arriver là.

La maladie a été décelée en décembre 2014 alors qu'elle avait 38 ans. Les médecins ont découvert un cancer du côlon lors d'un examen de routine qu'elle fait chaque année en raison de ses antécédents familiaux liés à cette maladie.

Après une chirurgie mineure pour retirer le cancer et une partie du côlon, elle a présumé qu'elle pouvait oublier la maladie.

L'année suivante, ayant eu des difficultés à concevoir un enfant, Terrilynn et son mari Matty se sont rendus dans une clinique de fertilité pour savoir s'ils pouvaient être considérés pour la fertilisation in vitro.

Cependant, durant l'été 2015, la santé de Terrilynn s'est détériorée et le couple a dû laisser ce projet en plan.

Les menstruations de Terrilynn avaient brusquement changé et elle avait des problèmes de tractus gastro-intestinal (conséquence de la chirurgie subie en 2014). 

« Mes menstruations me causaient des malaises et j'avais en même temps ce problème gastro-intestinal », ajoute Terrilynn. « C'était devenu tellement pénible que de novembre à mars, je suis allée 10 à 12 fois aux urgences. »

On lui a prescrit des antidouleurs, des onguents et elle a même reçu des transfusions de sang et de fer puisque ses menstruations étaient continuelles.

« Tout allait mal », dit Terrilynn.

Entre-temps, la clinique de fertilité lui a indiqué que l'une des échographies avait révélé un fibrome et on lui a alors donné rendez-vous chez un gynécologue de l'hôpital Sunnybrook.

Après quelques mois d'examens, Terrilynn a subi une biopsie de l'endomètre et en février 2016, elle recevait un appel lui annonçant qu'elle avait une tumeur de l'endomètre dans l'utérus.

Elle avait un cancer de l'endomètre de stade III.

Elle devait se faire opérer rapidement, mais Matty et elle auraient d'abord à prendre une décision qui pouvait changer leur vie : voulaient-ils préserver sa fertilité?

« À ce moment, je me suis dit qu'il y avait de fortes chances que j'aie des problèmes génétiques », dit-elle. « Nous avons pris la dure décision de ne pas préserver ma fertilité. »

Le 11 mars, elle subissait une chirurgie d’une durée de 11 heures pour le retrait de son utérus, de ses ovaires et d'une partie de sa vessie.

« Essentiellement, ils ont tout retiré », dit-elle.

Son combat avec la maladie était loin d'être terminé.

Un long rétablissement a suivi la chirurgie, puis Terrilynn a reçu des traitements de radiothérapie en été et de chimiothérapie en octobre.

Après le quatorzième jour de chimio, elle a commencé à perdre ses longs cheveux, qu'elle colorait d'un blond clair.

Avec l'aide de Matty, elle s'est rasé la tête.

« Quand je me regardais dans le miroir les premiers jours, j'étais sous le choc », dit Terrilynn à propos de sa nouvelle apparence. « C'était en lien avec la perte de mes organes de reproduction... ce qui, pour moi, m'identifie comme femme. J'avais autrefois le choix de me coiffer comme je voulais, puis ce choix n'existait plus. »

« C'était un sentiment assez dévastateur. »

Pour l'aider à surmonter ce sentiment, Terrilynn assiste à des groupes de thérapie, auxquels elle attribue sa perspective saine et positive de la vie.

« Nous avons tous une manière particulière de faire face aux événements. Je sens que la mienne est (d'accepter) que le cancer est une chose avec laquelle je devrai apprendre à vivre – ce n'est pas une chose contre laquelle je vais lutter parce que 'lutter' signifie que je vais perdre la bataille », ajoute-t-elle. « J'apprends simplement à vivre avec et c'est ce qui m'apporte, plus que tout, une tranquillité d'esprit. »

Terrilynn apprend également à avoir de la gratitude pour les aspects positifs et à les chérir; comme Matty, qui l'accompagne à la plupart de ses rendez-vous, et ses affectueux chien Audrey et chat Porkchop.

Elle a aussi appris à se réserver du temps personnel pour prendre soin de sa peau et se maquiller à l'aide d'outils et de techniques qu'elle a découverts lors d'un atelier Belle et bien dans sa peau gratuit, auquel elle a assisté en novembre au Margaret Cancer Centre.

« La trousse et les techniques font toute la différence », dit-elle, en ajoutant qu'être entourée d'autres femmes dans la même situation a été très bénéfique.

Elle compte utiliser ces outils et techniques même si elle passe une soirée tranquille à la maison.

Elle admet que sa situation peut parfois jouer sur son moral, mais ces mécanismes l'aident à faire face à ces sentiments et à les mettre de côté pour se concentrer sur autre chose, comme la fin proche de son traitement (sa dernière séance est en février) et ses conversations avec Matty au sujet d'une adoption possible.


hair loss look good feel better gynecologic cancers side effects





Larissa Cahute

Look Good Feel Better


I’m a Communication Associate with Look Good Feel Better. As a former journalist, I believe that everyone has a story worth telling – and that’s what I’m here for: to share the inspiring stories of those I meet through LGFB.





Abonnez-vous à notre infocourriel pour recevoir des histoires inspirantes et pour rester en contact avec la communauté et au courant des programmes et événements BBDSP.