Mes nouveaux cheveux


None

Mes nouveaux cheveux

28 février 2018 | par Gabrielle Fecteau

Perdre mes cheveux aux traitements de chimiothérapie fut certainement une expérience traumatique associée avec mon cancer (même si je suis arrivée à bien me sentir belle sans mes cheveux). Je m’attendais à ressentir ce trauma.

Je m’attendais à ne pas me sentir comme moi-même, de pleurer lorsque mes cheveux sont tombés sur le sol et de questionner mon identité même, surtout mon identité en tant que femme.

Par contre, lorsque mes cheveux ont commencé à repousser, je me suis rendu compte que le processus serait très difficile. Cela m’a été totalement inattendu!

Oui, cela est vrai.

Un de mes plus grands souhaits, ce que je voulais tellement – mes longs cheveux – s’est avéré un cauchemar à atteindre.

Le problème avec mes nouveaux cheveux ?

Je ne peux pas contrôler ce processus qu'est de faire pousser mes cheveux.

C’est un rappel constant que ce ne sera encore  jamais possible d’être « normal ».

Je n’ai aucune idée comment gérer mes nouveaux cheveux.

Je me regarde parfois dans le miroir paralysé avec… bien… une grande peur.

Avant de perdre mes cheveux à mon cancer, j’étais très confortable avec mes cheveux. Même si je les portais habituellement long, je les ai eus à la hauteur de mes épaules à quelques reprises dans mon adolescence. Dans les deux cas, j’adorais faire mes cheveux de nouvelles façons.

Ce qui me frustre le plus c’est qu’a certains moins dans ma vie, mes cheveux étaient à peu près la longueur qu’ils le sont présentement. Et, ça faisait l'affaire ! Donc, pourquoi est-ce que j’ai perdu l’habileté de travailler avec eux maintenant ?

J’ai déjà fait part de mon incapacité de travailler avec, et comprendre, mes cheveux post-traitements dérive d’une grande peur. Mais l’antidote à la peur est, dans mon opinion, le courage.

C’est ce courage que j’ai commencé à pratiquer. Je prends tout le courage que j’ai afin de jouir de ses nouveaux cheveux. J’ai même commencé à jouer avec différents styles (parfois pour des heures à la fois!) pour le travail et pour sortir.

Ceci est taxant au niveau émotionnel. Surtout lorsque je dois sortir de la salle de bain après m’être préparé (et encore plus lorsque je dois sortir de mon appartement). Tout de même, les avantages sont incroyables.

Je suis plus confiante, je trouve l’idée de faire allonger mes cheveux moins émotionnellement imposante et je suis retournée à mettre un effort dans mes cheveux le matin et avant de sortir. Essentiellement, à travers l’action et la persévérance, j’ai transformé un processus qui s’avérait long et pénible dans une entreprise qui m’emporte de la joie.

J’ai trouvé qu’allonger mes cheveux après les avoirs perdus au cancer, surtout puisque ce processus est fait seul, est extrêmement difficile. Malgré, il y a des façons de percer les barrières émotionnelles afin de jouir des impacts positifs que le processus peut avoir sur sa vie.

Plusieurs sourires,

Gabrielle

P.S. Jetez un coup d’œil sur le style de cheveux que j’ai essayé dans l’image plus haut!


hair loss Advice Identity side effects Beauty






Je suis une jeune adulte survivante du cancer. Je navigue, depuis plus que 2 ans, les différents stades de la vie avec mon cancer. Comme je le répète toujours à mon cancer: "Tu m'as donné une raison." C'est mon message de positivité et de courage profond que je veux partager avec vous. 





Abonnez-vous à notre infocourriel pour recevoir des histoires inspirantes et pour rester en contact avec la communauté et au courant des programmes et événements BBDSP.