L’Histoire de Sofia


None

L’Histoire de Sofia

25 novembre 2021 | par Mark Beamish

Repensez à vos années d’adolescent : les complexes liés à votre apparence, l’anxiété sociale, les changements hormonaux et le désir farouche d’une plus grande indépendance. Ajoutez à cela le diagnostic d’un cancer et vous aurez une petite idée de ce que Sofia Tomassini a traversé en 2019.

 

Elle se souvient clairement de sa réaction : « J’ai reçu un diagnostic de lymphome Hodgkinien deux jours avant mes 14 ans. La plus grande question était ‘Pourquoi moi?’. »

 

Sa mère, Sandra, se souvient de la façon dont tout a commencé. « C’était à l’approche d’Halloween. Sofia nous dit qu’elle sentait une bosse près de sa clavicule. Notre médecin de famille nous a recommandé de faire une échographie. Les résultats initiaux n’étaient pas ce à quoi s’attendait le médecin alors nous en avons fait une deuxième. Lorsqu’un spécialiste de la gorge a regardé les résultats, il a conclu qu’il fallait faire une biopsie, rapidement. Ces deux, trois semaines d’attente pour les résultats ont été les plus longues de notre vie. »

 

« Le plus dur dans tout ça a été les entre-deux », se rappelle Frank, le père de Sofia. La famille allait et venait « entre un état positif, la planification au cas où et l’idée que ça pourrait être bien pire ». Après le diagnostic, Sofia a été admise au centre hospitalier Sick Children’s Hospital, à Toronto, et la famille, très unie, est passée à l’action. Lola, la jeune sœur, se souvient du moment où elle a appris la nouvelle : « Mes parents se sont assis avec moi et ont dit simplement que Sofia avait un cancer mais qu’il était traitable. Et ils m’ont expliqué ce que nous allions faire. »

 

Pendant son séjour à l’hôpital, Sofia a entendu parler de l’atelier pour adolescentes de Belle et bien dans sa peau. Elle a décidé d’y assister avec sa sœur Lola pour en savoir plus sur les soins de la peau, les solutions capillaires, et pour recevoir des conseils de maquillage. Selon Sofia, les bénévoles chaleureux et accueillants de l’atelier ont contribué à ce qu’elle se sente « moins complexée pendant son traitement ». Partager l’atelier avec sa sœur a rendu l’expérience encore plus spéciale. « Ma sœur était avec moi, c’était toujours plus facile avec elle. C’est formidable pour les jeunes filles de mon âge. On se sent mieux. Le traitement a semblé passer plus vite. » Sandra décrit l’atelier comme « une véritable expérience de rapprochement » pour ses deux filles.

 

Sofia a également pris soin d'elle-même pour rester forte. « Mentalement, je devais me concentrer sur moi-même. Ma famille était là pour moi, mais les réseaux sociaux ont un impact énorme sur les jeunes aujourd’hui. Alors, j’ai mis mon téléphone de côté. J’ai simplement fait en sorte de rester positive. »

 

« Dans mon école, la pression d’avoir une apparence particulière était encore plus forte : toutes les filles ont les cheveux longs, les garçons ont les cheveux courts. C’est la seule chose qui m’a fait peur : la perte de mes cheveux. C’était vraiment important pour moi. Mais cela s’est bien passé pour moi d’avoir les cheveux courts. C’était un choix que je pouvais contrôler. » Sofia a fait preuve d’une grande maturité face aux changements liés à son apparence, comme la perte de ses cheveux. Et il y a un geste de soutien qu’elle n’oubliera jamais : « Mon grand-père s’est rasé la tête pour moi. Cela a été très réconfortant et agréable d’avoir autour de moi quelqu’un d’autre avec des cheveux si courts. » Frank a été impressionné par le choix de Sofia. « Je suis fier d’elle parce qu’elle a pris cette décision par elle-même. Je crois qu’avoir lâché prise de cette inquiétude et d’avoir arrêté d’être préoccupée par ses cheveux a été libérateur. »

 

Frank est fier de la façon dont sa famille s’est ralliée pour faire face au défi. « Nous nous sommes tout de suite mis en mode que faut-il faire maintenant pour recouvrer une santé complète? » Tout le monde avait un rôle à jouer. Frank se concentrait sur les besoins nutritionnels de Sofia; Sandra faisait le suivi des médicaments; et Lola veillait à ce que tout le monde respecte l’horaire établi. Sandra se souvient de l’optimisme : « Nous avons eu beaucoup de soutien. Et puisque nous pouvions compter les uns sur les autres, nous savions que tout irait bien. »

 

Après le traitement de Sofia, la famille Tomassini a découvert que deux autres adolescents du quartier vivaient une épreuve de cancer. Sofia a offert de servir de ressource pour eux. « Nous avions en commun le cancer et la façon dont nous avions grandi. Quand ils avaient besoin d’échanger avec quelqu’un, nous parlions ensemble. »

 

Quel conseil ont les Tomassini pour les familles qui vivent une expérience de cancer? Sofia parle de la puissance de l’optimisme. « Ne vous demandez pas ‘pourquoi moi?’. Dites-vous plutôt ‘Je vais en finir avec cela! Je vais m’en débarrasser!’. Concentrez-vous sur vous-même, restez heureux, éliminez les distractions. Restez positif. C’est ce qui m’a aidée. »

 

En tant que maman, Sandra recommande de créer un solide réseau de famille et d’amis : « Construisez cette fondation… assurez-vous d’avoir un bon système de soutien. »

 

Lola, la compagne loyale et forte de Sofia, aimait divertir et faire rire sa sœur à l’hôpital ou ailleurs. Le message de Lola est simple : « Soyez vous-même, ne pensez pas non plus au fait que votre sœur a le cancer. Pensez simplement que c’est votre sœur. Soyez fort pour elle. »

 

Quant à Sofia, son expérience de cancer a contribué à déterminer la direction qu’elle a choisie pour son avenir. Inspirée par son équipe médicale, elle souhaite devenir médecin pour aider les autres. « J’ai 16 ans, je peux maintenant commencer à penser à des universités et au parcours pour devenir oncologue. »

 

Avec du recul, Frank voit l’expérience de cancer vécue par sa famille de façon réfléchie. « Ce sont des choses qui peuvent faire partie de votre parcours, de votre histoire. Vous en sortirez plus fort, car vous aurez été capable de surmonter cette épreuve et de changer quand il le fallait. »  

 

Doublez l’impact de votre cadeau. Jusqu’au 31 decembre, vous avez l’occasion spéciale de soutenir des femmes atteintes d’un cancer,  car les Mary Kay Canada Ltdée égaleront le montant de votre cadeau, ce qui signifie qu’il vaudra deux fois plus.*

*Jusqu’au 31 decembre, les Mary Kay Canada Ltdée. égaleront le montant des dons des individus jusqu’à concurrence de 30 000 $.