Je suis toujours moi, même si mes cheve…


None

Je suis toujours moi, même si mes cheveux sont différents

28 février 2021 | par Patrice Neale

Comme beaucoup d'expériences qui changent la vie, le cancer peut générer des émotions et des considérations complexes, que vous soyez prêt ou non à les affronter. J'ai reçu un premier diagnostic de cancer du sein et des os de stade 3 à l'automne 2014, et mes cheveux étaient longs et tombaient sous mes épaules. À l'époque, je me faisais régulièrement défriser les cheveux dans un salon, par une amie proche. Comme pour tout ce qui touche à l'apparence, c'était en partie un choix esthétique et en partie une forme d'expression et de soin de moi-même.  Avant même de recevoir mon diagnostic, j'avais le sentiment de déjà savoir que j'avais un cancer. Malgré cela, la veille de ma mammographie, je suis quand même allée me faire coiffer les cheveux - comme d'habitude. Je voulais me sentir moi-même.

Deux semaines après mon diagnostic, je célébrais mon anniversaire et commençais à suivre une chimiothérapie. Mon équipe de soins m'a dit de me préparer à ce que j'allais bientôt voir : beaucoup de changements physiques, dont la perte de mes cheveux. C'était un véritable bouleversement. Même si je savais ce qui allait arriver et que je m'étais préparé mentalement, c'était quand même beaucoup de changements. Ce n'était pas "mauvais", c'était juste "différent". Une période d'adaptation est toujours nécessaire, y compris pour le cancer. Et cela vaut pour vous et vos proches.

Un jour, alors que mon amie proche et styliste me lavait les cheveux au salon, ils ont finalement commencé à tomber par petits paquets. Le moment qu'elle croyait ne jamais voir arriver était survenu, et il était impossible de l'ignorer : Je perdais mes cheveux. Elle m'a rapidement emmené à l'arrière du salon, et c'est à ce moment-là que nous avons décidé de me raser la tête.

En lisant ceci, vous pourriez penser que je pleurais à chaudes larmes. Bien au contraire, c'est mon amie qui était bouleversée. Je n'arrêtais pas de lui dire : "Oh, ça n'a pas l'air trop mal parce que ma tête a une belle forme". Tout ce qu'elle pouvait me répondre, c'était "tu es si forte".

C'est à peu près à ce moment-là que j'ai entendu parler des ateliers Belle et bien dans sa peau par une amie proche qui y avait participé et qui m'a encouragée à y aller. Il y a quelque chose de spécial dans le fait d'être en présence d'autres femmes qui sont dans le même bateau que vous. Il est réconfortant de ne pas se sentir seule quand on se sent aussi vulnérable que l’on est pendant un traitement contre le cancer. Nous devons faire de notre mieux pour essayer de garder le moral autant que possible, et c'est là que la BBDSP intervient : en nous aidant à nous sentir bien dans notre peau et à nous sentir mieux pendant et après le traitement.  C'est ce que je veux vraiment souligner - ce n'est pas parce que vous avez un cancer que vous devez en avoir l'apparence.  Il existe des moyens de vous remonter le moral et d'améliorer votre apparence.

J'ai maintenant un cancer métastatique de stade 4 et je suis traité pour des métastases hépatiques. Si certaines choses ont changé, d'autres sont restées les mêmes. Mon plan de traitement est très différent, et une pandémie mondiale sert de toile de fond pendant que je travaille à domicile. C'est certainement une grande différence à laquelle nous sommes tous confrontés. Je même j'ai décidé de ne plus jamais me défriser les cheveux après avoir terminé mon premier traitement il y a sept ans. Mes cheveux sont maintenant naturels. Une chose qui n'a pas changé, c'est que j'utilise toujours ce que j'ai appris lors de l'atelier Belle et bien dans sa peau. Je peux utiliser du maquillage, des perruques et des foulards pour me sentir mieux. C'est l'impact de l'atelier Belle et bien dans sa peau.