Fais-le : un changement pour l’empowerm…


None

Fais-le : un changement pour l’empowerment

19 novembre 2018 | par Gabrielle Fecteau

 

Ça fait plus de trois ans depuis le début de mon expérience avec mon cancer. À travers les années, j’ai changé dramatiquement pour le meilleur. La personne que je suis aujourd’hui me rend heureuse. Je suis fière de ses accomplissements et de ce qu’elle représente.

 

Tout au long de la phase de survivance de mon expérience, je n’ai pas perdu de vue ce qui est important pour moi. Je continue de garder en tête mes expériences durant la phase active de mon cancer. Je continue de lutter pour ce que je crois qui doit changer. Je continue de m’appuyer à la motivation trouvée à travers de mon expérience.

 

Malgré, récemment, je me sens plutôt distante. Au fur et à mesure que le temps passe, je crains de perdre de vue mon expérience et ce qu’il m’a apporté. Je crains de perdre de vue la personne dans laquelle j’ai grandi lors de mon expérience avec mon cancer.

 

Pour être honnête, cette peur me consomme. Elle dicte plusieurs décisions que je prends.

 

Cela fut un avantage. Je suis resté près de la personne que je suis devenue et de ce que l’expérience a pu me donner. J’ai terminé mes traitements avec plusieurs idées et un besoin de créer des changements.

 

Cela fut également un désavantage. La peur fut restrictive. Elle restreint ma croissance personnelle et mes habiletés de créer des changements me menant vers l’avenir. Cette peur me garde prise dans une personne qui m’est familière — mon moi lors de mes traitements de cancer.

 

Récemment, j’ai dû faire face aux effets limitants de cette peur lorsque j’ai eu à considérer une nouvelle coupe de cheveux. Banal, je le sais.

 

Qui craint une coupe de cheveux, vraiment ?

 

Ceux ayant un vécu de cancer. Ceux qui ont perdu ou ont vu des changements dans leurs cheveux dus au cancer ou aux traitements. Ceux-ci comprennent les difficultés de faire pousser ses cheveux à la suite d’une perte.

 

Ça fait quelques années que je fais pousser mes cheveux. Ce fut un long processus maladroit. Toutes les phases gênantes, néanmoins, m’avaient apporté à une coupe de cheveux mi-longs.

 

Tout au long du processus, j’ai refusé de modifier la pousse naturelle de mes cheveux. Sauf si c’était pour une petite coupe de cheveux, je ne les coupais surtout pas. Pour être honnête, cette mentalité me mit à plusieurs reprises dans des situations malaisantes.

 

Tout cela change il y a quelques semaines. C’est au moment où j’ai un nouveau vouloir. Je veux une nouvelle coupe de cheveux — une vraie coupe. Je rêvais à une nouvelle coupe de cheveux courte.

 

Toujours, le changement n’était pas facile. Est-ce qu’une coupe de cheveux me ferait perdre une partie de mon moi associée à mon expérience de cancer ?

 

Peut-être ? Peut-être que non ?

 

J’ai fini par me couper les cheveux (la preuve se trouve dans la photo plus haut). Cette coupe représente un moi en développement. On parle de la personne que je suis dans ce moment de mon expérience avec mon cancer.

 

Couper mes cheveux finit par ne pas me rompre avec mon expérience de cancer. Je me sens toujours aussi emballé de l’expérience. Je me sens confiante dans ma capacité de continuer avec mon expérience avec mon cancer.

 

Mes suggestions à vous : si vous sentez le besoin de faire un changement à travers votre expérience avec votre cancer, faites-le ! Faites ce qui vous fait vous sentir bien. Ça vous permettra de faire de grandes choses.

 

Plusieurs sourires,

Gabrielle

 







Je suis une jeune adulte survivante du cancer. Je navigue, depuis plus que 2 ans, les différents stades de la vie avec mon cancer. Comme je le répète toujours à mon cancer: "Tu m'as donné une raison." C'est mon message de positivité et de courage profond que je veux partager avec vous. 





Abonnez-vous à notre infocourriel pour recevoir des histoires inspirantes et pour rester en contact avec la communauté et au courant des programmes et événements BBDSP.