Chez L'Oréal Canada, l'empathie et la f…


None

Chez L'Oréal Canada, l'empathie et la fierté stimulent le moral des employés

4 octobre 2021 | par Tania Amardeil

Doriane Dalati, vice-présidente, directrice des communications d’entreprise et responsable de la diversité et l’inclusion chez L’Oréal Canada, soutenait Belle et bien dans sa peau (BBDSP) depuis longtemps avant de recevoir un diagnostic de cancer. Auparavant artiste-maquilleuse, Doriane Dalati agissait comme bénévole pour BBDSP et collaborait aux campagnes de financement pour la recherche sur le cancer. « BBDSP comptait beaucoup pour moi, bien avant de recevoir mon diagnostic », dit-elle. « BBDSP est une cause qui me tient à cœur. »

 

Des valeurs d’entreprise qui s’accordent admirablement

 

Dès les débuts de BBDSP, L’Oréal Canada est devenue l’un de ses partenaires. L’entreprise prodiguait des conseils d’experts sur les prothèses capillaires et leur entretien. Ce type de philanthropie et d’engagement communautaire a toujours eu de l’importance pour l’entreprise. D’ailleurs, son slogan « Créer la beauté qui fait avancer le monde » exprime bien que la beauté se doit d’être inclusive, généreuse et durable, et qu’elle doit être bénéfique tant pour les gens que pour la planète.

 

« Nous soutenons BBDSP parce que sa mission est essentielle : aider celles qui vivent probablement un des moments les plus difficiles de leur vie. Ces femmes fatiguées sont encouragées par l’idée que les cosmétiques peuvent changer leur état d’esprit. »

 

L’Oréal définit la beauté comme inclusive et globale, ce qui est en accord avec l’approche et les valeurs de BBDSP. « La beauté est dans les yeux de celui qui regarde », souligne Doriane. « La beauté a mille visages, et elle se trouve partout. » En aidant les femmes à se sentir bien avec leur apparence, BBDSP donne à la beauté une définition globale, qui n’est pas une norme objective : c’est un sentiment, une perception personnelle, c’est la façon dont on se sent en compagnie d’autres personnes.

 

Le pouvoir de l’empathie

 

L’Oréal Canada accorde une grande importance à l’empathie. Après une année de traitements, Doriane Dalati est retournée au travail avec un état d’esprit et une vision renouvelée. Motivée par un nouvel intérêt, elle s’est attelée à un projet que lui confiait la présidence de L’Oréal : un projet d’empathie globale. Cette nouvelle initiative visait à faire valoir le pouvoir de l’empathie et du service.

 

« J’ai consulté des experts en empathie pour développer et lancer un programme pilote », se souvient Doriane. Le programme était axé sur le rôle de l’empathie dans l’amélioration de l’expérience de notre clientèle. Pour Doriane Dalati, ce concept était grandement significatif, surtout après avoir vécu sa propre expérience de cancer, une expérience qui lui a fait voir de près la différence entre empathie et sympathie.

 

« Aujourd’hui, ce programme est appliqué à l’échelle internationale », ajoute Doriane. « La puissance de l’empathie est au cœur de qui nous sommes. Il est donc naturel pour notre organisation et nos employés de soutenir BBDSP et les femmes qui font face au cancer. »

 

Unir l’équipe pour atteindre un but

 

Selon Doriane Dalati, les employés de L’Oréal Canada sont profondément touchés par la collaboration de l’entreprise avec BBDSP. « L’engagement de nos employés, notre structure, notre mandat et nos objectifs concourent tous à donner aux employés le sentiment d’avoir un but à atteindre », explique-t-elle. « Une fois l’an, nous organisons un événement appelé Journée citoyenne, et chaque année, BBDSP fait partie des initiatives auxquelles nos employés veulent participer. »

 

Être membre de la famille BBDSP motive les employés de L’Oréal et leur donne le sentiment de collaborer à une grande mission. « Les gens qui viennent au travail chaque jour ont besoin d’un sentiment d’appartenance et de fierté », dit Doriane Dalati. « C’est ce qu’ils ressentent avec BBDSP. D’ailleurs, nos employés seront heureux de pouvoir agir de nouveau comme bénévoles et participer aux ateliers. C’est une expérience qui leur a grandement manqué durant la pandémie. »