Série des conférenciers


La pleine conscience pendant le cancer- une conversation avec le Dr Linda Carlson 


Le 3 février, nous nous sommes assis pour discuter avec Dr Linda Carlson, professeur à la faculté de médecine et co-auteur du live « The Art and Science of Mindfulness ». Elle définit la pleine conscience comme « Prêter intentionnellement attention au moment présent avec une attitude ouverte et tolérante». Au cours de cette conférence, Dr Carlson nous a aidé à comprendre ce qu'est réellement la pleine conscience. Elle a donné des exemples fondés sur la recherche sur la manière dont la pleine conscience peut contribuer à réduire le stress et a préserver sa santé mentale lorsque l'on est atteint d'un cancer. Enfin, elle a partagé des conseils pratiques qui peuvent être bénéfiques dans la vie professionnelle et personnelle au quotidien.

Regardez la conversation complète ou lisez nos questions-réponses sur l'événement ci-dessous.

REGARDEZ LE VIDÉO    LIRE LA Q&R

 

"

Q&R avec Dr. Carlson


A: Le fait de prêter intentionnellement attention au moment présent avec une certaine attitude envers soi-même qui ne porte pas de jugement et qui est tolérante.

Si vous ne prêtez pas attention, vos pensées se portent sur le passé (regrets, ruminations sur des choses que vous ne pouvez pas changer) ou sur l'avenir (soucis de l'inconnu).


A: Le stress est en grande partie la façon dont nous interprétons ou percevons ce qui se passe. Il y a deux côtés à cela : le côté cognitif - la façon dont nous pensons, ou ce qui cause le stress - et les effets sur notre corps.

Comprendre la pleine conscience et être dans le présent nous empêche de penser au passé et de nous inquiéter de l'avenir, et le fait d'être conscient à ce moment-là peut nous aider à gérer le stress.

Nous ne saurons jamais, pour personne, à quel point le stress a pu jouer un rôle dans le risque de cancer, mais ce que nous savons, c'est que lorsque les gens apprennent à gérer, et surtout à gérer des émotions comme la dépression, ils peuvent avoir de meilleurs résultats face au cancer.


Cet exercice nous aide à remarquer où notre attention veut aller ; et nous allons donc essayer de la diriger sur la respiration. Mais vous remarquerez au fur et à mesure que vous le faites que votre attention saute partout, en deux parties :

o Faire attention à la respiration et au corps

o L'autre partie est également de remarquer, ce que votre esprit veut faire à la place

1.           Placez une main sur votre poitrine et l'autre main plus bas sur votre ventre

2.           Abandonnez tout jugement

3.           Ne jugez pas la façon dont vous respirez, faites simplement attention à la façon dont le souffle va et vient dans votre corps.

4.           Inspirez

5.           Vous pouvez vous redresser un peu pour sentir le souffle dans votre corps

6.           En respirant, vous remarquerez des mouvements. Essayez simplement de noter si vous sentez ce mouvement dans la main du haut ou dans la main du bas et la longueur du souffle. Ensuite, lorsque vous expirez, essayez de noter à nouveau la même chose : où se trouve le mouvement et comment vous le ressentez.

 

 


A:  La rééducation à la pleine conscience est une compétence. 

Notre esprit a appris à opérer d'une certaine manière depuis de nombreuses années, et souvent ces chemins favorisent l'anxiété ou la dépression ou l'inquiétude, ce sont les connexions neurales que nous foulons si souvent. Ainsi, avec la pratique de la pleine conscience, même quelque chose d'aussi simple que le fait de diriger son attention sur la respiration de manière répétée ouvre un nouveau chemin et reconnecte les neurones de notre cerveau à un chemin qui favorise la capacité à être propice à des instants heureux.

Des études ont montré que même deux mois d'entraînement modifient les structures, la fonction et la connectivité de notre cerveau. C'est cette pratique, ce renforcement des compétences qui le permet.


A: Consacrez 10, 20 ou 30 minutes par jour si c'est ce que vous pouvez faire. Une pratique régulière est bénéfique. L'intégrer dans votre vie et appliquer ces attitudes non seulement à votre pratique de la pleine conscience, mais aussi à d'autres éléments de votre vie, peut être bénéfique.


A:  La pleine conscience est une pratique de méditation qui consiste à accomplir l'acte formel de pratiquer, à réserver du temps chaque jour pour pratiquer la pleine conscience de la respiration. Faire attention à sa respiration est un moyen de rééduquer l'esprit, il existe de nombreuses autres formes de méditation qui renforcent également votre capacité à être pleinement conscient.


A: La pratique de la pleine conscience est un moment où vous pouvez délibérément ouvrir les portes de vos émotions. Les émotions sont saines. Ce qui est malsain, c'est de supprimer ses émotions ou de prétendre qu'elles n'existent pas, et de penser qu'il faut toujours faire bonne figure. Laisser tomber la façade et dire simplement "c'est normal de se sentir mal", "c'est normal d'avoir peur", "c'est normal d'être triste". Il y a une certaine forme de deuil dans ce processus.

 

La pratique de la pleine conscience est un merveilleux conteneur où vous pouvez vous permettre de travailler et de traiter ces différentes émotions, parce qu'elles vont évoluer et changer, mais seulement si nous leur donnons l'espace nécessaire de le faire.


A:  Les gens pensent souvent que c'est notre travail de gérer les émotions des personnes qui font partie de notre vie ; mais ce n'est pas votre travail de le faire. C'est votre travail de gérer la façon dont vous répondez à leur stress, ce n'est pas votre travail de réparer leurs souffrances.

Orientez-les vers des sources de soutien et des conseillers que vous connaissez. Les personnes qui apportent leur soutien ont généralement l'impression qu'elles doivent se serrer les coudes parce que l'attention se porte généralement sur le patient ; la pleine conscience aide tout le monde.


A: Lorsque la douleur survient, ce que nous faisons, c'est en fait tourner notre attention vers la douleur et déconstruire la sensation. Au lieu de nous détourner de la douleur, nous nous tournons vers elle et l'embrassons à nouveau avec gentillesse et compassion et apprenons à la comprendre un peu mieux. Ainsi, la douleur elle-même ne disparaîtra peut-être pas, mais la souffrance que nous ressentons peut être beaucoup moins grande.


A:  Le yoga est une médiation en mouvement. Il s'agit de prêter attention de manière consciente et de se connecter avec le corps. Notre esprit et notre corps ne sont pas séparés. Chaque état d'esprit est un état de corps et souvent nous sommes complètement déconnectés de notre corps physique.

Lorsque vous avez vécu l'expérience du cancer, il peut y avoir davantage de cette déconnexion, et il peut y avoir des rancœurs ; vous pouvez être en colère contre votre corps ou vous sentir trahi. C'est vraiment l'occasion de se reconnecter avec son corps et de se faire de nouveaux amis, et de réaliser que tant que vous êtes là, vous respirez et vous bougez, il y a plus de choses qui vont bien que de choses qui vont mal.


A: Vous pouvez entrer dans une spirale négative lorsqu'un symptôme que vous aviez au moment du diagnostic du cancer se présente, vous devenez très vigilant et vous êtes stressé, vous le surveillez sans cesse. Peut-être que vous vous tourmentez. Vous vous sentez vraiment mal et cela a tendance à aggraver le symptôme.

Une façon d'éviter cela est de remarquer le symptôme, de se dire "ok, ça peut être lié ou non au cancer, donc je ne vais pas m'en soucier maintenant". Je vais juste utiliser ce que je sais faire pour me détendre, prendre quelques respirations profondes. Et si cela persiste, allez voir le médecin.

Reconnaissez-le, mettez-le de côté, faites le genre de pratiques de relaxation et de méditation et souvent, ça passera. Mais si cela persiste, vous avez un plan que vous allez examiner.


Livre :  

En ligne :

App-based Mindfulness:

Cette série de conférences a été généreusement parrainée par le Globe and Mail.

gmlogo_box.jpg

Veuillez noter que les informations fournies sont des informations générales et ne sont pas censées remplacer les conseils médicaux que vous recevez de votre équipe de soins primaires.  Vous devez toujours consulter votre professionnel de la santé pour toute question ou préoccupation

 

Regardez les autres événements de la Série des conférenciers

Cliquez ici pour votre voir les autres événements de la Série des conférenciers. 

Inscrivez-vous à notre infolettre pour en savoir plus sur notre prochaine conférence