L'Importance du moment 'A-Ha'


None

L'Importance du moment 'A-Ha'

30 avril 2021 | par Dee-Jay Jodoin

Certaines de nos expériences les plus marquantes commencent à un moment des plus banals. Je me détendais sur le canapé en regardant la télévision lorsque j'ai décidé que c'était le moment idéal pour me faire un auto-examen. Tandis que je pensais qu'il était impossible que je sente une bosse de la taille d'un petit pois... je l'ai sentie. Elle était juste là, et je ne pouvais pas l'ignorer.

Après avoir consulté mon médecin et avoir subi une mammographie, un scanner, une IRM et une scintigraphie osseuse, on a confirmé qu'il s'agissait d'un cancer du sein. Pour être honnête, ils ont appelé le 23 décembre et j'ai manqué l'appel. Et comme leurs bureaux étaient fermés pour les fêtes, j'ai attendu anxieusement les résultats jusqu'en janvier 2020.  J'étais dévastée ; j'ai pleuré en sachant que la route allait être longue.

J'ai pu assister à quelques séances de chimiothérapie avant que le COVID ne surgisse et ne change le cours du monde, la façon dont nous interagissons et dont les patientes atteintes de cancer reçoivent des soins. Avant d'être diagnostiquée, je vivais à Chilliwack, en Colombie-Britannique, mais j'ai déménagé quelques villes plus loin, à Abbotsford, pour recevoir mon traitement. En général, il existe un service qui peut venir vous chercher et vous déposer pour le traitement, mais à cause de COVID, il ne pouvait pas aller au-delà d'Abbotsford. Si je n'avais pas à déménagé, il m'aurait fallu plus de deux heures d'autobus pour me rendre au centre de traitement! Même si nous compatissons souvent avec les personnes qui reçoivent un diagnostic de cancer, il y a beaucoup d'obstacles et de barrières supplémentaires pour recevoir des soins - et croyez-moi quand je dis que COVID a eu un impact sur ce niveau de soins !

Heureusement, mon équipe d'oncologie était composée de professionnels incroyablement attentifs et empathiques et je me suis sentie très chanceuse d'être si bien prise en charge à un moment où mon niveau d'anxiété était si élevé. En cette période d'isolement et de restriction sociales, ils ont fait un effort supplémentaire et ont joué un rôle énorme pour combler ce vide. Qu'il s'agisse de traiter le cancer, de m'aider à remplir toutes les formalités administratives qui l'accompagnent ou même de me mettre en contact avec les ateliers du BBDSP, je me suis sentie tellement très bien prise en charge.

Quand on m'a parlé des ateliers en ligne, je me suis immédiatement inscrite à autant d'ateliers que possible ! Je ne savais pas à quoi m'attendre, mais c'était agréable de voir d'autres femmes qui pouvaient être confrontées à une situation similaire à la mienne. L'ensemble de l'expérience a été positif. J'ai trouvé que les bénévoles comprenaient très bien ce que nous ressentions, tout en rendant les ateliers amusants et intéressants. J'ai même eu un moment "Oprah a-ha" lorsque j'ai enfin trouvé la bonne technique pour nouer un foulard ! Je ne pouvais pas porter de perruques, alors c'était génial de trouver des alternatives.

Lorsque je repense à mon expérience du cancer quelques mois après le traitement, je constate que certains moments ont été difficiles - comme le déménagement, la perte de mes cheveux, la prise de poids - mais il y a aussi eu beaucoup de bons moments - comme ma merveilleuse équipe de soins et les ateliers Belle et bien dans sa peau. En attendant que le monde revienne à la normale et que mes cils repoussent, je suis très reconnaissante d'avoir rencontré des personnes fantastiques qui ont facilité mon expérience.